Marie Ythier

  • Instrument Talents & Violon’celles : un violoncelle de Bernardel père, depuis février 2019
  • Mécène : Caroline Rosoor
  • Formation : née en 1985, Marie est diplômée des CNSM de Lyon et du CNSM de Paris où elle a effectué un 3e cycle supérieur. Elle s’est formée auprès d’Anne Gastinel, Miklos Perenyi, Philippe Muller, et a suivi des masterclass avec notamment Gary Hoffmann et Heinrich Schiff.
  • Distinctions et prix les plus récents 
    • Artiste associée de la Fondation Singer-Polignac et de l’Adami
    • Lauréate de la fondation Francis et Mica Salabert et de la Fondation de France
    • Lauréate de Mécénat musical Société Générale et de la fondation Meyer
    • 1er prix du concours de violoncelle des Zonta Clubs

Musicienne classique, mais aussi engagée dans une démarche de création auprès des compositeurs de sa génération, la violoncelliste Marie Ythier a déjà à son actif cinq disques, dont Une Rencontre, autour des oeuvres de R. Schumann et T. Murail (Divine Art Recordings, Naxos 2019), qui a reçu les éloges de la presse internationale. Formée auprès d’Anne Gastinel, Miklos Perenyi, Philippe Muller, Gary Hoffmann et Heinrich Schiff, elle est régulièrement invitée dans des salles prestigieuses (Philharmonie de Paris, Auditorium de Dijon…) et se produit en soliste dans le monde entier (Kuhmo Festival, FIMC Lima, Suona Francese Italia, Festival Messiaen au Pays de la Meije, CMMAS de Morelia, CENART de Mexico, Luzern KKL…).

Marie Ythier travaille régulièrement avec des compositeurs tels qu’Ivo Malec, Gilbert Amy, Tristan Murail, Pierre Boulez…et est déjà dédicataire d’une dizaine de pièces écrites pour elle. Elle intègre souvent des ensembles anglais, italiens, allemands, et joue en soliste sous la direction de chefs de renom (P. Boulez, P. Csaba, C. Power…).

Passionnée par la transmission, elle est professeur de violoncelle au CRD d’Aulnay-sous-Bois, au Conservatoire du 15ème arrondissement de Paris, professeur invitée au conservatoire national supérieur de Lima, et donne des masterclasses en France, en Asie, et en Amérique latine.

Marie Ythier, de par ses expériences musicales variées, est une artiste dont l’éclectisme et l’ouverture d’esprit se révèlent dans l’intérêt particulier qu’elle voue à la musique nouvelle. Elle aborde aussi volontiers le répertoire de toutes les époques, en musique de chambre ainsi qu’en soliste.

Lauréate de nombreux prix nationaux et internationaux (1er prix du concours de violoncelle des Zonta Clubs, lauréate Mécénat Société Générale, fondation Meyer, Adami…), Marie Ythier est diplômée des CNSM de Lyon et du CNSM de Paris où elle a effectué un 3è cycle supérieur. Marie Ythier est lauréate de la fondation Salabert ainsi que de la Fondation de France pour l’année 2015. Artiste en résidence à Monceau Assurances en 2017, lauréate de la fondation Cordes Sensibles, et enfin artiste associée de l’Adami depuis 2018, Marie Ythier est désormais artiste associée de la Fondation Singer-Polignac depuis Juin 2018 et membre actif du Collège Contemporain depuis 2019.

Marie Ythier joue un violoncelle Bernardel Père prêté par l’association Talents et Violon’celles depuis 2019.

Son site internet : http://www.marie-ythier.com

  • Ses trois compositeurs préférés
    Bach, Schumann, Murail
  • Un souvenir musical marquant
    Le Kol Nidrei, de Max Bruch, pour violoncelle et orchestre, qu’elle a joué lors d’un concert en hommage à son premier professeur de violoncelle, un an après sa disparition. C’était aussi son premier concert avec le violoncelle Bernardel père prêté par Talents & Violoncelles, et ce moment a eu une saveur particulière pour elle.
  • Ce que ce violoncelle a changé pour elle
    «Je suis heureuse de ne pas avoir eu trop tôt un très bon instrument. Mon instrument était plutôt sain, mais assez neutre. Cela m’a appris à chercher les couleurs, le timbre, la projection, inventer tout, et j’ai franchi les étapes unes à unes ainsi. Pour autant, à ce moment de ma vie professionnelle, je suis ravie de bénéficier désormais d’un violoncelle qui propose un timbre singulier, une sonorité riche et profonde (j’adore ses graves!). Maintenant, ce n’est plus moi seule sur scène, mais bien deux identités : la mienne et la sienne. Nous formons une équipe et j’aime découvrir ce nouveau rapport. »

Crédit photos Costanza Canali